Trier ses déchets, c’est bien. C’est même très important. Mais en réduisant la quantité de déchets (recyclables ou non) que l’on met dans nos jolies poubelles multicolores, on fait quelques pas de plus sur le chemin du « vivre écologiquement ». Pas très français cette expression mais on a saisi. 

!! ATTENTION !!

Je vais parler de minimalisme et de zéro-déchet, de repenser notre consommation et de vivre avec moins pour vivre mieux MAIS il est inutile de juger les actions des autres. Dire à un végétarien « pourquoi t’es pas encore végan », ça n’avance à rien. Il faut tenir compte de nos propres convictions et idées, et surtout ne pas mettre notre vie sociale, nos loisirs et passions à la trappe pour produire moins de déchets/de gaz à effet de serre etc…
Si votre truc c’est les voitures de course ou les Subaru qui font des flammes, amusez vous, vivez votre passion. Tant que vous faites des efforts pour les choses qui vous paraissent moins importantes, ou que vous modulez votre passion pour qu’elle colle un peu plus à vos idées vertes, c’est un pas en avant! Pas la peine de mettre des bâtons dans les roues de notre propre bonheur. L’essentiel dans une démarche de réduction de notre impact négatif sur la planète, c’est justement le caractère gratifiant de nos belles actions du quotidien, et le sentiment de réellement participer à la lutte contre le meurtre de la planète.


Aujourd’hui, le capitalisme, la politique du libre échange et toutes ces choses avec des noms pas forcément explicites pour tout le monde, ont conduit une bonne partie du monde et donc les sociétés qui le composent à devenir des « sociétés de consommation ». Certaines personnes désirent ardemment le pouvoir, et l’argent, et sont prêts à tout pour en gagner. Pour ce faire, on vend. On produit beaucoup trop et on vend beaucoup trop, en laissant penser aux consommateurs que ce qu’on vend est exactement la chose dont ils avaient le plus besoin. Et c’est comme ça, en nous montrant énormément de produits, certaines géniaux, d’autres ordinaires, d’autres encore vraiment extraordinaires ou totalement inutiles, qu’on a pris l’habitude d’acheter et de jeter des objets qui pourraient en fait avoir une durée de vie beaucoup plus longue. C’est là où je veux en venir : achetons nos produits en nous demandant si oui ou non, ils pourront être réutilisés ou recyclés, et ce le plus de fois possible!


Acheter des produits recyclables et/ou en matériaux recyclés

Dans l’alimentaire par exemple, il est préférable d’acheter des aliments contenus dans des boîtes en carton, en aluminium (conserves) ou en verre. En effet, ces trois matériaux sont ceux qui se recyclent le plus facilement. On évite donc tout ce qui est emballé et sur-emballé dans du plastique.


Réutiliser au maximum les produits durables. Mot d’ordre : imagination.

Restons dans l’alimentaire : on garde les bocaux en verre pour faire ses propres conserves et confitures, pour y mettre des légumineuses, farines, biscuits, ou encore de petits objets de bricolages (vis, clous..), des boutons, des crayons, des pinces à cheveux ou tout ce qui pourrait rentrer dedans et qui a besoin d’être rangé! Tout est possible. Idem pour le boîtes en plastique type bac de crème glacée, boîte de fromage blanc etc.


Réparer / revendre / donner

Pour les vêtements déchirés, avec un bouton manquant ou autres petit souci tissulaire que l’on souhaite toujours porter, on répare. L’avantage est qu’on peut même se découvrir des talents de couturier/couturière! Et si l’on n’est pas un as en aiguilles et reprisage de chemises, on connaît sûrement quelqu’un (amis, famille) qui se fera un plaisir de nous aider. Si ce n’est pas le cas, on se force un peu et on regarde des tutos sur youtube, il y en a un paquet !
Si on ne désire plus utiliser les dits vêtements, linge de maison ou tout autre objet en bon état, on les revend. Soit sur un marché aux puces, soit via internet. Se faire quelques sous en se débarrassant des objets dont on ne veut plus et en leur offrant une nouvelle vie, c’est quand même vachement gratifiant.
À l’inverse, quand on veut acheter un nouveau vêtement, rendons nous dans des fripes et marchés aux puces, il y en a pour tous les goûts (vraiment…).

Vide-greniers : liste des puces et vide-greniers en France, Suisse et Belgique
Vide Dressing : vente de vêtements de mode et de luxe d’occasion via internet
Vinted : vente de vêtements et accessoires d’occasion pour tous budgets via internet

Si les objets dont on souhaite se débarrasser n’intéressent personne pour l’achat, le plus simple est encore de les donner. Beaucoup trop de personnes ont du mal à se vêtir et à vêtir leurs enfants. C’est un très beau geste de donner nos vieux vêtements (toujours en bon état) à des associations via Emmaüs, La Fibre Du tri, Consoglobe, Le Relais et plein d’autres! Ou même plus simplement, donnez à des membres de votre famille ou des amis.


Système D

Il arrive qu’on accumule des objets qu’on ne veut pas jeter ni vendre parce qu’ils ont une certaines valeur sentimentale ou financière, mais qui sont quand même vachement moches ou démodés. Alors à vos outils! C’est assez amusant de revaloriser de vieux meubles ou objets de mobilier, et pas franchement compliqué. Un peu d’huile de coude, et vous faites passer la vieille commode de tonton Arnaud à un beau meuble au style vintage pour y poser votre télé. Ou des photos de mariage. Ou une collection de saucissons en plastique, c’est à vous de voir. Tout ça avec une ponceuse et du vernis/peinture, et le tour est joué!

C’est assez la mode du DIY (Do It Yourself = faites le vous-même) en ce moment. Autant en profiter, cherchez des idées sur Youtube pour décorer votre intérieur avec des pots de fleur, une vieille table ou des bouts de papier, faire des recettes de cuisine merveilleuses… Bien sûr, la folie d’internet vous permettra de fabriquer de vos petites mains des choses totalement farfelues, mais en précisant un peu votre recherche, vous tomberez sur des idées un peu plus raisonnables. Mais si.


Acheter en vrac

Une fois que vos placards sont vidés des choses dont vous ne voulez plus, que vous vous êtes mis à détester les sur-emballages et emballages en plastique, sachets en plastique etc, poussons la curiosité un peu plus loin.

Découvrons le monde merveilleux du vrac. Surtout pour l’alimentaire, il devient de plus en plus facile d’acheter des aliments de qualité, sans dépenser sans le vouloir 20% de notre budget dans la packaging. L’endroit le plus évident est bien sûr le marché. Acheter ses légumes au marché en amenant ses propres contenants, ça permet d’éviter les sachets en plastique et les étiquettes. Mais se développent aujourd’hui de plus en plus de magasins (souvent bio) où acheter des produits d’épicerie en vrac dont voici un échantillon :

Day by day : Épicerie en vrac présente dans 11 villes françaises (Bordeaux, Fontenay-le-Fleury, Lille, Strasbourg, le Havre, Limoges, Nantes, Paris, Reims, Rennes, Versailles) et bientôt à Lyon, Montpellier, Marseille, Metz, Toulouse… On vient avec ses bocaux, boîtes et petits sacs réutilisables qu’on pèse en entrant dans le magasin, on les rempli et on déduit le poids du bocal à la pesée, et voilà!
On y vend des produits d’épiceries (pâtes, riz, bonbons, graines, huiles, vinaigres, épices, céréales…) mais aussi des produits d’entretien de la maison.

Biocoop : La plus célèbre sûrement. Présente dans toute la France, c’est un pionnier en bio et vrac.
On y vend les produits dans des sachets en papier kraft non blanchi, qui sont réutilisables jusqu’à usure trop importante.


Minimalisme

Certains ont vraiment compris le truc, et possèdent un mode de vie minimaliste voire « zéro-déchet ». Être minimaliste consiste en gros à avoir le strict minimum pour vivre dans un confort tout à fait…confortable. Le mot d’ordre est de ne pas faire des achats inconsidérés, utiliser des produits simples qu’on décline à toutes les sauces. Par exemple : pour faire le ménage de la salle de bain, de la cuisine, des vitres, des sols ou que sais-je, on utilise du vinaigre blanc, plus ou moins dilué selon l’usage. Nul besoin de 36 flacons aux odeurs entêtantes et couleurs flashy, tous remplis de produits très nocifs pour la peau et la vie aquatique (vu qu’ils se retrouvent souvent dans les égouts).
En partant de ce principe, on peut drastiquement diminuer le nombre de produits différents dont on pense qu’ils sont tous indispensables, et ce à tous les niveaux : vêtements, mobilier, décoration, produits d’hygiène et de beauté…
Ah oui, j’oubliais. Si on achète moins de choses, on encombre moins son espace, et on fait de sacrées économies d’argent, de temps et d’énergie !! C’est pas négligeable.

Vous pouvez d’ailleurs suivre des personnes dans leur démarche du zéro-déchet sur youtube. La plus connue est Bea Johnson, une française vivant aux US, les vidéos sont donc  soit en anglais soit en français. Mais il y a aussi plein pleeeein de français ayant commencé à vivre sans produire de déchets non recyclables. Je vous invite à parcourir le web pour dénicher ceux qui vous correspondent le plus!


Merci d’avoir lu cet article, n’hésitez pas à aimer et partager ♥

P.S. : Un jour je mettrai des illustrations…un jour!

 

 

 

 

Publicités